Reims : souvenirs croisés

Pour beaucoup, la perspective d’accueillir le stade de Reims n’évoque rien d’exceptionnel : un promu, qui tente de survivre en L1, rien de plus. Mais pour un petit nombre, un tout petit nombre d’entre nous, le Stade de Reims, c’est le Grand Reims, le club mythique qui défia le Grand Réal, le club qui le premier a été dépositaire de son propre style de jeu (et même d’une manière de tirer les corners).

Cette toute petite partie d’entre nous, ce dernier carré de la Vieille Garde, ceux qui ont connu le Grand VA, ceux qui ont de plus en plus de mal à s’en souvenir, ceux qui malheureusement nous quittent petit à petit, nous en avons rencontrés 2 membres. 2 vétérans de toutes les campagnes de VA, dont les précieux souvenirs doucement s’érodent, mais dont la ferveur ne faiblit.

Place donc à Madame Genowefa T. , fille, épouse, belle sœur, tante, mère, grand-mère de supporter et Monsieur Sylvain F., 155 ans à eux 2, dont plus de 120 ans de supporter.

Details

Ah! les deps d’antan

#3 les deps d’antan

Les années 2000, le retour à la lumière a laissé des moments magiques dans les esprits. VAENL1 a suivi de près cette partie de l’histoire du club en compagnie d’un PoloFC survolté.Voici le dernier épisode des anecdotes d’un des plus fidèle supporter des rouges et blancs.

  1. En 2004 à AJACCIO : le 8 février Ajaccio- VA : 0-2
    Six supporters de VA ( René, Benoît sncf, Shaka [si,si], Digreg et moi )
    A la mi-temps, vol de ma bâche « ALLEZ VA » je vais la récupérer sur le terrain. A la fin du match on nous fait passer par les vestiaires pour éviter le lynchage et on repart dans le bus des joueurs jusqu’à leur hôtel. Sauf que Di greg et moi avions encore 1km à faire le long du port pour arriver au nôtre. Vêtu de mon jogging rouge et blanc et ma bâche sous le bras sans oublier nos jambes à not’cou. Une grosse frayeur ! Mais une bonne fin de soirée quand on s’est retrouvé au resto.
Details

#2 Les deps d’antan

La remontée dans le temps se poursuit avec les années 70 et l’année 90. Polofc a eu peut être une petite absence dans les années 80, sûrement rattrapé malgré la ferveur par les obligations de la vie et une décennie peu mouvementé à Nungesser… Si vous avez vécu cette période de l’USVA, vous pouvez nous contacter, cela fera l’objet d’un nouvel épisode.

  1. En 72 à Mantes la ville : le 21 mai Mantes – VA : 1-0

    usva 1973

    De gauche à droite, au premier rang : Giacchetti, Coustillet, Joseph, Burdino, Six.
    Debout : Dropsy, Neubert, Joly, Garceran, Duguéperoux, Jolis.

    National groupe B, VA 1er 43pts Limoges 2ème 41pts. Un match nul suffisait pour monter en 1ère Division, il devait rester une vingtaine de minutes quand Mantes marque. Environ un millier de supporters de VA dont beaucoup de massés derrière la main courante du but de DROPSY et moi juste derrière lui encouragions notre équipe encore plus. Mais vint le coup de sifflet final, alors que les locaux exultaient, pour nous, c’était la consternation. Pour tout le monde, Limoges était donné gagnant à Laval. Réunis sur le terrain nous attendions le résultat avec angoisse et moi qui ne suis pas croyant du tout je me dirige au point central et, agenouillé, je prie les dieux du foot… Alors surgit Jean CRINON, il se met à hurler : Limoges a perdu, Limoges a perdu. Alors ce fut la fête indescriptible, les supporters dans les vestiaires, les douches, JOSEPH à poil à la fenêtre des douches, enfin partout la fête sauf dans certains bistrots, ce n’était plus pareil et s’en est suivi quelques problèmes. Là-bas les gens préféraient sans doute Limoges. Alain Barrière (le chanteur) étant président du club, j’avais juré que s’il venait à Valenciennes il aurait de mes nouvelles…ce fut le cas.

Details

#1 Les deps d’antan

C’est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre. Notamment celui où les stewards n’existaient pas, l’alcool se vendait encore dans les stades, les joueurs osaient discuter avec les gens, les places assises étaient réservées aux bourses aisées et surtout que le supporter n’était pas considéré comme une bête sauvage…

Par l’intermédiaire de la mémoire de Polofc nous allons parcourir cinquante années de déplacement et de passion pour les couleurs rouges et blanches. Le 1er épisode d’une série de 3 nous fera parcourir les années 60 et l’année 70.

Details

polo tdf

Gueules de Fer n°2 : Polo FC

Synonyme de soulagement pour beaucoup de supporters hennuyers, la fin programmée du feuilleton Nungesser II mettra aussi un point final à l’épopée de la plus vieille tribune de ligue 1 en activité. Chaque nouveau match dans l’antre de Nungesser rapproche ainsi la Tribune de Fer de son terme fatidique. Avec émotion, VAENL1 rend hommage à notre auguste tribune grâce à la rubrique « Gueules de Fer ». A intervalles réguliers, nous laissons la parole aux « irréductibles valenciennois», pour qui la vie se conjugue aux temps de la Tribune de Fer depuis plusieurs décennies.

Details

Le Canadien

Gueules de Fer n°1 : Plus qu’un drapeau

Synonyme de soulagement pour beaucoup de supporters hennuyers, la fin programmée du feuilleton Nungesser II mettra aussi un point final à l’épopée de la plus vieille tribune de ligue 1 en activité. Chaque nouveau match dans l’antre de Nungesser rapproche ainsi la Tribune de Fer de son terme fatidique. C’est avec beaucoup d’émotion que VAENL1 a décidé de rendre hommage à notre auguste tribune en inaugurant la rubrique « Gueules de Fer ». A intervalles réguliers, nous laisserons donc la parole aux « irréductibles valenciennois», pour qui la vie se conjugue aux temps de la Tribune de Fer depuis plusieurs décennies.

Pour ce premier épisode, nous nous sommes entretenus avec André, l’homme à l’énorme drapeau canadien. Derrière son étendard, les petites histoires, la grande histoire, une certaine idée du football et une passion qui se transmet comme un héritage : VA.

Details